Ne faîtes pas confiance aux nuages, de Franck Hervson

                                                                                                       Ne faîtes pas confiance aux nuages, de Franck Hervson dans Liens

Cette fois c’est d’un texte singulier dont je vais vous parler.  Singulier car il s’agit d’une nouvelle écrite par mon beau-frère dans un premier temps mais aussi parce qu’il s’agit d’un  récit d’anticipation sur le thème de l’écologie.

Nous sommes, je dirais, dans les années 2080/2100.  Galle, seul et unique personnage, d’une véritable profondeur psychologique, malgré la brièveté de la nouvelle (et c’est là un tour de force), exprime son désarroi et son dépit face à la situation actuelle d’un monde en piteux état. L’Homme a voulu, comme en son habitude, contrôler et maîtriser toujours plus son environnement et l’environnement.

Comme c’est une nouvelle,  à la frontière de l’essai, je ne peux vous en dire plus, vous laissant la découvrir !

Ce que j’ai particulièrement apprécié c’est le fait de visualiser les lieux (le texte faisant référence à un petit coin de campagne Haut-Marnaise) et de pouvoir en même temps que ma lecture, m’imaginer à merveille les bruits, les odeurs et l’ambiance régnant dans ce hangar, lieu du flot de réflexions de notre personnage.

L’auteur jongle avec brio avec plusieurs niveaux de langue, utilisant des  mots à peine connus et peu usités mais aussi des expressions beaucoup plus familières. Il crée un idiolecte qui lui est propre et ne tombe pas, selon moi, dans le travers d’une narration banale.

Bravo à l’auteur pour ce premier texte ! J’ai hâte de lire le roman qui sortira prochainement et vous invite à en faire de même !

Ulysse from Bagdad, Eric-Emmanuel Schmitt.

C’est l’histoire d’un jeune irakien, Saad Saad, qui quitte son pays en guerre pour essayer d’envoyer de l’argent à sa famille et d’être en sécurité. Il décide de partir en Angleterre afin de trouver un travail. De l’Irak au Royaume-Uni, Saad Saad s’apprête à vivre une aventure comme il n’en a jamais connue, et doit affronter bien des dangers pour espérer atteindre sa terre promise. En accomplissant son périple, il doit faire face à son statut de clandestin.

Saad Saad traverse plusieurs pays dans la peau d’un apatride, ces « sous-hommes » qui n’ont aucune existence officielle et dont personne ne veut. Pourchassé par les uns, exploité par les autres, Saad Saad reprend courage grâce à un père philosophe qui, par ses remarques fines et sensées, aide son fils à ne pas se perdre.

Résultat de recherche d'images pour "ulysse from bagdad"

Mon avis :

J’ai particulièrement été touchée par la thématique, sensibilisée au collège de Massiac par la venue de migrants du centre de Saint-Beauzire, il y a quelques mois. Le fait de recueillir des témoignages en direct et de rencontrer ces gens fut extrêmement parlant.

C’est donc à la suite de cette visite que j’ai souhaité lire ce livre. Il reflète bien les réalités auxquelles les migrants sont soumis avec cependant quelques passages édulcorés comme le franchissement des frontières et d’autres plus « spirituels » comme les interventions du défunt père de Saad, jouant le rôle de sa conscience irakienne. Certains passages sont, quant à eux, troublants de vérité : la noyage chaque année de centaines d’hommes partis sur des bateaux de fortune pour rejoindre les cotes de la Terre promise, les difficultés à obtenir le statut de réfugié …

La souffrance, la fuite vers un ailleurs plein de promesses, l’exil, le fait de se retrouver apatrides finalement, sont des thèmes qui me touchent particulièrement.

Une lecture qui donne à réfléchir et à conseiller à des élèves de fin de collège ou de lycée. Je vous conseille aussi, sur le même thème, la lecture de l’excellent Eldorado de Laurent Gaudé.

 

L’avis de Mamie Bugnon:

Une très belle histoire que celle de Saad qui entreprend un voyage pour
fuir son pays dévasté où il a vu mourir bon nombre de ses proches. Il
croit en un avenir plus serein mais son parcours sera semé d’embûches.
Pourtant son père veillera sur lui à sa façon et le guidera dans son
périple pour essayer de rejoindre l’Angleterre. Ce roman, où le héros
devient un clandestin, est l’histoire de milliers d’hommes qui cherchent
simplement à exister dignement  sans craindre continuellement pour leur
vie. Saad veut dire espoir en Arabe, c’est donc un message d’espoir pour
tous ces gens à qui on impose un régime inacceptable et dont la
légitimité n’est que l’accès à une vie normale. Voilà matière à nous
faire réfléchir mais même si le sujet est grave, l’écrirure est agréable
et plaisante. Un bon moment de lecture!

L’homme idéal (en mieux), Angela Morelli.

Le résumé :

Un joyeux bordel. Voilà à quoi ressemble la vie d’Emilie, 35 ans, mère célibataire, qui se retrouve à devoir squatter chez sa meilleure amie en attendant des jours plus favorables. Oui, mais voilà : si elle n’avait pas emménagé chez Clara, jamais elle ne serait retombée sur Samuel Winterfeld, un homme qu’elle a perdu de vue depuis longtemps, et qui allie deux qualités fondamentales : être le sosie de Bradley Cooper, et avoir très envie de la revoir ! Sauf que, évidemment, c’est à peu près au même moment que son ex, le père de sa fille, décide de retenter sa chance avec elle. De quoi la mettre définitivement sens dessus dessous !

Résultat de recherche d'images pour "l'homme idéal en mieux image"

Mon avis :

Une belle lecture « de plage » pour cet été ! J’ai aimé ce petit livre qui se lit vite, retraçant les aventures sentimentales de cette jeune prof de français avec un parent d’élève. Bon personnellement, faisant le même métier qu’Emilie, je n’ai jamais encore rencontré le sosie de Bradley Cooper en réunion parents/profs ;). Certaines scènes sont vraiment « croustillantes », l’on va dire ! Une belle amourette qui reprend tous les clichés des débuts d’une relation amoureuse : le premier café, la première nuit, l’échange des sms à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit et enfin le fait d’aller tout raconter aux copines dans les détails (même les plus hot !) juste après.

Ce n’est pas de la littérature, c’est cliché, mais j’ai passé un bon moment de lecture détente !

Oscar et la dame Rose, Eric Emmanuel Schmitt.

Résultat de recherche d'images pour "oscar et la dame rose livre"

J’ai découvert ce livre, dont j’avais déjà entendu parler, à l’occasion d’une lecture « offerte » en classe de 5ème. Le principe est de lire quelque minutes tous les jours un texte à mes élèves pour leur donner envie de découvrir la suite et pourquoi pas de lire eux-mêmes d’autres livres de l’auteur ou non.

Le sujet de ce court roman épistolaire est grave : Oscar, un enfant de 10 ans, va mourir prochainement. Il est atteint d’une leucémie et les traitements ont été de cuisants échecs.

Grâce à une femme venant visiter les enfants malades, Mamie Rose, un jeu va s’instaurer, permettant à l’enfant de passer en une journée, 10 ans de sa vie et surtout de reprendre confiance. Une correspondance avec Dieu s’entame, permettant à l’enfant de se délester de ses souffrances et de les dépasser.

J’ai globalement aimé ce petit roman, même si je l’ai trouvé moins profond que certains autres livres de l’auteur qui m’avaient marquée comme L’enfant de Noé.

On aborde dans Oscar des questions comme la souffrance, les différentes étapes de la vie « 30 ans c’est l’âge des ennuis et des responsabilités », la mort, le rapport aux autres… Tout cela est suggéré avec légèreté à travers la voix de l’enfant et sa touchante naïveté. Pour moi, ce roman et les questions qu’il suscite, peuvent servir de points de départ à une véritable réflexion.

Une phrase m’a marquée dans ce court roman: « On ne choisit pas la souffrance physique, mais on choisit la souffrance morale ». A méditer, effectivement !

Je vous conseille aussi le film de 2002, Oscar et la dame Rose, avec Michèle Laroque, qui lui aussi est extrêmement émouvant.

Le Journal d’une femme de chambre, Gustave Mirbeau.

Le 14 septembre 1898, Célestine R. prend sa nouvelle place au Mesnil-Roy, en Normandie, et décide de tenir son journal. « Mon intention, écrit-elle, est de n’employer aucune réticence, pas plus visà- vis de moi-même que vis-à-vis des autres » : les turpitudes de ses maîtres seront donc férocement montrées. D’abord conçu comme une étude de la condition domestique et une satire des moeurs bourgeoises, Le Journal d’une femme de chambre que Mirbeau fait paraître en 1900 s’est élargi en une dénonciation de l’intolérance qui a conduit à la condamnation de Dreyfus, et la satire bascule du côté de la diatribe…

Résultat de recherche d'images pour "journal d'une femme de chambre mirbeau"

Mon avis:

Ce livre se présente comme le journal intime de Célestine, une jeune femme de chambre qui sert sous les ordres d’un couple bourgeois particulièrement étrange.

On découvre la France de 1898 dans sa plus grande intimité grâce à une écriture à la fois belle et acérée. Le personnage de Célestine, une pauvre femme, est attachant. Elle subit les aigreurs de ses maîtres, les passions de ceux-ci ainsi que leurs moindres caprices.

A travers cette œuvre c’est aussi Mirbeau qui s’exprime, ayant pour ambition de secouer les consciences par rapport au monde de la bourgeoisie, univers des faux-semblants, aux conséquences de l’affaire Dreyfus… Certaines scènes sont parfois très dures, dérangeantes comme celle du viol de la petite Clara ou de la mort du furet du capitaine, qui, par excès de courage (et de méchanceté), le tue devant Célestine.

D’autres scènes sont franchement risibles, faisant ressortir la pédanterie ou l’idiotie de la bourgeoisie. Je pense en particulier à la scène de réception de ce jeune couple qui essaie de rentrer dans le Monde. Scène qui m’a rappelé Les précieuses ridicules de Molière où chacun y va de son poème pour impressionner les autres…  Je pense encore à la scène du morceau de gargouille, qui n’est autre qu’un moulage de sexe masculin, tombé du toit de l’Eglise et qu’une pauvre femme sotte, détient chez elle comme un trésor.

Le personnage de Célestine, se laissant aller aux hommes qu’elle rencontre, n’est pas non plus irréprochable. Cependant c’est un personnage au grand cœur et sa naïveté et sa simplicité sont touchantes.

Pour Mirbeau, faire scandale est un excellent moyen de diffuser ses idées et de montrer les travers de la bourgeoisie. L’antisémitisme est aussi abordé dans ce roman.

Je ne vous en dis pas plus et vous invite à découvrir ce petit bijou de la littérature qui m’a beaucoup plu. Drôle, terrifiant, édifiant, cette lecture ne vous laissera pas indifférents !

Le challenge lecture 2017!

Nous avons décidé avec Mamie Bugnon et avec Céline, la femme de mon cousin, de participer au challenge lecture 2017! Il s’agit de lire, lire et encore lire! Pour cela: 80 catégories donc 80 livres à lire en une année! Je vous laisse découvrir les thèmes:

1.    Lire un livre de votre maison d’édition favorite
2.    Lire un livre qui fait partie d’une duologie
3.    Lire un livre dont vous avez beaucoup entendu parler
4.    Lire un livre dont le titre est en anglais
5.    Lire un livre dont vous repoussez sans cesse la lecture
6.    Un livre qui se déroule dans un monde post-apocalyptique Ravage, Barjavel.
7.    Un livre dont le personnage principal est une femme
8.    Un livre qui raconte l’histoire d’une vengeance
9.    Un livre de plus de 500 pages
10.     Un livre de science-fiction
11.     Un livre dont le titre contient une couleur
12.     Un livre ado (young adult)
13.     Un livre d’un auteur de sa région
14.     Le premier livre d’un auteur
15.     Un livre ayant obtenu le Prix Goncourt
16.     Un livre qui se déroule dans une atmosphère « froide » (la neige etc …)
17.     Un livre dont le titre contient un chiffre
18.     Un livre qui parle de personnes âgées
19.     Un livre qui se déroule dans une capitale
20.     Un voyage dans le temps
21.     Un livre obtenu lors d’un swap
22.     Un livre dans lequel il pleut
23.     Un livre dont un des personnages est un docteur
24.     Un coup de cœur de quelqu’un de plus jeune
25.     Un livre emprunté à la bibliothèque ou à un proche
26.     Un Feel Good Book (= un livre qui vous met de bonne humeur)
27.     Un livre dont l’histoire se passe en Asie
28.     Une Dystopie
29.     Un livre se déroulant dans un hôpital psychiatrique
30.     Un livre de Stephen King    Dolores Claiborne.
31.     Un livre dont l’un des personnages principaux est un enfant
32.    `Un livre publié cette année  Anatomie d’un soldat, Parker.
33.     Un livre écrit par une femme
34.     Un livre d’un auteur que j’aime et que je n’ai pas lu
35.     Un livre auquel je me fie à la couverture
36.     Un livre écrit par un auteur Belge
37.     Un livre avec un des éléments (eau, terre, feu ..) sur la couverture
38.     Un livre endormi (qui est dans votre pal depuis longtemps)
39.     Un thriller psychologique  Le marchand de sable, Kepler.
40.     Un livre de ma Wish List
41.     Un roman d’un auteur australien
42.     Un livre dont l’auteur porte le même prénom qu’un membre de notre famille
43.     Un livre avec un nom de personnage célèbre dans le titre, mais qui ne soit pas une biographie (par ex: Kafka sur le rivage de Murakami, ou Balzac et la petite tailleuse chinoise) Ulysse from Bagdad, E-E Schmitt.
44.     Un roman graphique ou une BD
45.     Un livre dont le titre est composé d’un seul mot
46.     Un livre avec un nom d’une ville dans le titre
47.     Un livre avec un titre qui a un élément du temps chronologique (un jour, un mois, etc.)
48.     Un livre d’un auteur né la même année que soi
49.     Un livre sur un mythe, légende populaire (légendes arthuriennes,etc.)
50.     Un livre dont le film sort en 2017
51.     Un livre qui se déroule dans le milieu artistique
52.     Un livre dont l’action se situe à l’époque victorienne
53.     Un livre dont le titre est une phrase (sujet + verbe…)
54.     Un livre d’un auteur québécois
55.     Un roman préfacé par quelqu’un d’autre que l’auteur
56.     Un livre qui se passe dans le milieu littéraire
57.     Un livre qui aborde plusieurs continents (au moins 2)
58.     Un livre d’un auteur asiatique
59.     Un roman épistolaire ou qui contient des lettres Oscar et la dame Rose, E-E Schmitt.
60.     Un livre d’un auteur que l’on a rencontré
61.     Lire un des incontournables de notre modo adoré Platypus
62.     Un livre dont le titre et la couverture sont drôles
63.     Un recueil de nouvelles
64.     Un livre qui se passe sur une autre planète
65.     Un livre qui ne va dans aucune autre catégorie (sauf celle-là)
66.     Un livre avec des personnages non humains
67.     Un livre qui a suscité une polémique lors de sa parution
68.     Un livre qui a reçu un prix l’année de votre naissance
69.     Un livre lu pour un autre défi
70.     Un titre contenant le nom d’une fleur
71.     Un livre dont l’un des personnages exerce la même profession que nous
72.     Un livre dont l’auteur siège ou a siégé à l’Académie Française
73.     Un prix Nobel de littérature
74.     Un titre imagé (qui n’a rien à voir avec le thème)
75.     Un livre avec le mot « femme » dans le titre  Journal d’une femme de chambre, Mirbeau.
76.     Un livre qui traite des droits de l’homme bafoués (génocide, apartheid, esclavage..)
77.     Un livre que vous avez honte de ne pas avoir lu avant
78.     Un livre dont l’auteur se prénomme Jacques
79.     Un livre dont le nom de famille de l’auteur tient en 5 lettres
80.     Un livre où l’auteur s’adresse directement à nous lecteurs, à la 2ème personne

Un beau programme en perspective et de belles heures de lecture à la clef!

Anatomie d’un soldat, Harry Parker

Le résumé:

Le jeune capitaine britannique Tom Barnes est envoyé en mission dans une zone de conflit. Au retour d’une patrouille nocturne, il marche sur un engin explosif improvisé et est immédiatement rapatrié en Angleterre. Débute alors un autre combat tant psychologique que physique durant lequel le héros va parvenir à surmonter « ce à quoi l’on ne pouvait survivre » grâce à l’aide non seulement des médecins, mais aussi de sa famille ainsi que de l’être aimé.
Raconté tour à tour par quarante-cinq objets – garrot, sac à main, gilet pare-balles, verre de bière, prothèse, miroir, sac d’engrais, vélo, pile électrique, basket blanche… – conçus pour assister, observer ou nuire, ce récit nous fait découvrir de manière inédite le destin et les pensées profondes des acteurs du conflit et de leurs proches.

Résultat de recherche d'images pour "anatomie d'un soldat"

Mon avis :

Pour continuer le challenge lecture, nous avons choisi de lire Anatomie d’un soldat, d’Harry Parker, livre sorti cette année. Par la prise de parole de 45 objets, nous rentrons dans l’histoire de Tom Barnes : avant, pendant et juste après l’explosion dont il a été victime en tant que jeune capitaine britannique en  Afghanistan.

Le défi, celui de faire parler les objets, était intéressant et osé. Un vrai roman polyphonique qui donne par exemple la parole à une scie d’amputation ou encore à un garrot, ce qui est pour le moins original! Le conflit est présenté du point de vue des objets appartenant au soldat mais aussi du point de vue des insurgés afghans grâce à certains de leurs biens.

Certains passages m’ont véritablement touchée. Je pense en particulier au chapitre 32 qui présente la mort de deux jeunes hommes, « utilisés » pour combattre les occidentaux venus dans les terres afghanes. Jeunes hommes enrôlés dans le conflit, sans vraiment en comprendre l’intérêt … Poignant de réalisme, j’imagine, si on essaie de se mettre à leur place.

J’avoue cependant que l’histoire manque parfois de fluidité et de rythme. Les retours en arrière s’enchaînent et je me suis parfois lassée de cette manière de procéder, ne parvenant pas vraiment à rentrer à certains instants dans plusieurs chapitres.

 

Le marchand de sable, Lars Kepler

Résultat de recherche d'images pour "le marchand de sable kepler"Le Marchand de sable par Kepler

Une froide nuit d’hiver à Stockholm. Un jeune homme est retrouvé errant le long d’une voie ferrée. Il souffre d’hypothermie et à l’hôpital on découvre qu’il a également contracté la maladie du légionnaire. Il s’agit d’un garçon disparu depuis de nombreuses années.
L’une des dernières victimes supposées du tueur en série Jurek Walter.
Mais qu’en est-il de sa petite sœur, disparue en même temps que lui à l’époque ?
Le temps presse. Quant à Joona Linna, le temps est venu pour lui de se confronter à l’homme qui a détruit sa vie ?

Mon avis:

Depuis le temps que j’entendais parler de ce livre sur la blogosphère, j’ai saisi l’occasion du challenge lecture pour le lire. Alors la lecture fut agréable mais pas de véritable coup de cœur cependant. C’est un livre bien construit, aux chapitres courts, malgré, pour moi, quelques longueurs. J’ai attendu avec impatience tout le long de ce récit les réponses apportées par l’épilogue (qui viennent selon moi un peu tard…). Certains personnages possèdent une véritable profondeur comme le cas de la jeune Saga, flic infiltrée, aussi intrigante que fascinante ou encore celui de Bernie, malade mental.

L’ambiance qui règne au sein de l’institut de psychiatrie m’a elle aussi séduite, entre docteurs louches et patients totalement déments. Un univers glauquissime comme j’aime !  Ce sont les passages que j’ai préférés.

Pour ce qui est du reste, l’intrigue est bien ficelée et je suis assez intriguée par la suite qui sera donnée à ce livre car il s’agit d’une fin ouverte. Qu’est donc devenu Joona ? Mystère ! La suite au prochain épisode ?

Dolores Claiborne, Stephen King.

Dolores Claiborne

Dolores Claiborne  est un roman de Stephen King publié en 1992. Ce thriller psychologique, quasiment dépourvu de tout élément surnaturel, est le long témoignage de Dolores Claiborne, interrogée par la police car elle est suspectée du meurtre de sa riche employeuse et qui s’innocente de celui-ci mais avoue celui de son mari, près de trente ans plus tôt. Sur le plan narratif, le roman se présente sous la forme d’un long monologue sans la présence de chapitres pour venir en rompre la continuité.

Mon avis : Nous avons décidé avec Céline, la femme de mon cousin, de participer à un challenge lecture ! 80 livres à lire sur l’année et plusieurs thématiques ! Pour cette première lecture commune, Céline a choisi un livre qui attendait dans sa bibliothèque et j’ai décidé de la suivre ! Aimant généralement beaucoup l’auteur, je me suis lancée avec plaisir dans ce titre que je ne connaissais pas ! Bien m’en a pris, j’ai adoré cette lecture ! Dolores, une pauvre femme comme il y en a tant, m’a littéralement bouleversée. Le témoignage de sa triste vie, de ses galères, avec son mari puis avec sa riche employeuse Véra (qui tous les deux lui en feront baver…), m’a glacé les sangs. J’ai ressenti beaucoup de peine pour cette femme et pour cette vie de misère qu’elle a menée. Elle a malgré tout, au détriment de sa propre vie, fait passer ses enfants avant son confort personnel. Un livre qui ne peut pas laisser indifférente une mère.. Bouleversant et vraiment poignant ! A lire absolument !

L’avis de Mamie Bugnon:

Interrogée sur la mort de sa patronne, Dolorès déballe sa vie de galère et par la même occasion le meurtre de son mari tyrannique , alcoolique, (incestueux?) Toute une vie à trimer pour ses enfants, toute une vie de brimades et de privations. Mais la fin de l’histoire rebat les cartes et l’inattendu arrive. Une douce fin qui ne changera pas le caractère volontaire et généreux de Dolorès.
Un vrai beau livre, une vraie bonne histoire,  bien écrite et d’une grande originalité par l’absence de négations dans le discours de Dolorès.

A la santé du feu, Dorothée Werner

Voici le résumé de ce livre, A la santé du feu, que j’ai beaucoup aimé:

« Laissez-vous faire deux secondes, fermez les yeux, imaginez qu’un jour on vous apprend une catastrophe. Pensez à une scène précise, une heure de la journée, une lumière, une ambiance. Quelle est la différence entre la minute juste avant et celle juste après ? Vous êtes assis dans le même fauteuil, buvant le même thé dans la même maison, vous vous mouvez dans le même corps, vous n en souffrez pas plus que ce matin, pas moins non plus, tout est profondément familier, le soleil finit par décliner comme chaque jour, rien n a donc changé. Et pourtant si.»

 

A la santé du feu, Dorothée Werner dans Liens A-la-sante-du-feu-de-Dorothee-Werner-JC-Lattes_reference

 

Mon avis:

Un récit sur l’attente, poignante et angoissante, sur la nécessité de vivre sous couvert de ne plus le faire bientôt. L’écriture à la première personne nous fait prendre au jeu, nous fait envisager l’attende de manière très personnelle, sans distance et aussi sans tabous.

L’espoir, l’amour de la vie et la peur de la mort se mêlent dans un tourbillon vertigineux. Une chose est sûre, il n’y aura qu’une issue !

J’ai aimé la construction de ce roman en 40 chapitres qui représentent les 40 jours. Un compte à rebours est lancé.

C’est dans les méandres du passé, de sa propre histoire que la jeune-fille cherchera une raison à son état. Remuant des choses difficiles, un passé parfois enfoui. Courant après des médecins non traditionnels, se reposant parfois sur ceux-ci en fuyant amis et famille…

Des réflexions parfois  alambiquées qui  ne servent pas la situation. Une introspection folle et vertigineuse.

Le style parfois ampoulé est fort bien trouvé ! Il semble même complètement fou que l’auteur ait pu mettre de si jolies métaphores, bien que saisissante, sur une réalité qui est d’autant plus âpre.

Une belle découverte qui m’a beaucoup touchée.

 

Un grand merci à Livraddict et aux éditions JC Latès!

 

 

123456

Sondage

Dans quel endroit aimez-vous lire?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Les polars de Morize |
La SOURCE de CARISA |
houdaprintemps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cavru et son patrimoine bât...
| NIMPORTNAWAK
| un homme